Le projet d’accord de la COP21 n’est pas acceptable !

12049493_528897383943006_8498171298685063043_nA ce jour 154 pays sur 195 ont déposé des engagements de réduction d’émission de gaz à effets de serre. Le total de ces réductions laisse prévoir une hausse des températures d’au moins 3°C. Il est donc largement insuffisant.

Le texte (20 pages) présenté à Bonn, du 19 au 23 octobre, a immédiatement fait hurler le groupe dit des 77 (134 pays) + la Chine car toutes leurs demandes avaient disparu, dont la reconnaissance de la responsabilité différenciée dans le réchauffement et une aide internationale publique. Les 77 se sont donc efforcés de faire réintégrer un certain nombre de leurs exigences.

Dans le nouveau texte (55 pages), la structure thématique (atténuation, adaptation, finances…) est conservée et plusieurs options, parfois totalement contradictoires, sont proposées avec plus de 1 500 phrases non consensuelles entre crochets. Les pays du sud ont été exclus de certaines réunions réservées aux pays riches sans parler des ONG refusées. Laurence Tubiana, envoyée spéciale de la France pour préparer la COP21, a reconnu que: « Les négociateurs n’ont fait aucun compromis. Ils attendent le moment final. ».
Les négociations préparatoires à la COP vont se poursuivre lors d’une « pré-COP » à Paris du 8 au 10 novembre où 75 pays ont été invités.

Lire la suite

Pour une industrie écosocialiste, par Jean-Luc Mélenchon

Pour une industrie écosocialiste

Crédits photo : Stéphane Burlot

Depuis 2007, près d’un demi-million d’emplois industriels ont été détruit en France. Ni Hollande ni Sarkozy n’ont pu endiguer ces destructions. Pour une raison simple : ils continuent à appliquer les méthodes qui en sont à l’origine. Pour sauver l’industrie française de cette hémorragie, il faut sortir du libéralisme et mettre en place une politique écosocialiste : planification écologique, définanciarisation de l’économie, protectionnisme solidaire…

Lire la suite

Kit Climat du Parti de Gauche

Alors que la Conférence de Paris sur le climat (COP21) se déroulera du 30 novembre au 11 décembre 2015, le Parti de Gauche appelle à un changement radical de nos modes de production et de consommation. Dans ce « kit climat », il analyse ce qu’est le réchauffement climatique et comment faire pour le limiter en rompant avec le capitalisme et le productivisme.CaptureKit Climat – Dernière versio

Assises pour une industrie écosocialiste

Le secteur entreprises et luttes sociales du Parti de Gauche organise ce samedi 24 octobre ses Assises pour une industrie écosocialiste au service de la lutte contre le réchauffement climatique.

L’activité humaine est responsable du dérèglement climatique. La pollution gagne du terrain sur toute la planète, fragilisant notre écosystème et menaçant l’espèce humaine. La COP21 s’est donnée pour objectif de ne pas dépasser les 2°C de hausse de la température globale, hausse dont les conséquences pourraient déjà s’avérer catastrophiques. L’oligarchie financière, soucieuse de transformer tous les biens publics en marchandise, cherche à échapper aux décisions douloureuses pour ses profits en proposant de nombreuses fausses solutions.

Il est grand temps d’abandonner un système où produire n’importe quoi et n’importe comment reste l’unique règle d’un capitalisme au service de la finance. Le productivisme n’a qu’un seul objectif, continuer à faire des profits sans se préoccuper de mettre en péril notre écosystème et la vie humaine. Existe-t -il une alternative à cette catastrophe annoncée ?

12009721_524771771022234_8599090293799253222_n

Lire la suite

Fermeture en fin 2018 … ou à la Saint Glinglin ?

François Hollande candidat s’était engagé sur la fermeture de Fessenheim avant 2017. François Hollande président ne tient pas ses engagements. Est-ce vraiment une surprise ? Qui peut encore croire à la fermeture de Fessenheim ?

Ségolène Royal a trouvé un nouvel argument : cette centrale ne sera fermée que lorsque l’EPR de Flamanville entrera en fonction selon la loi LTE … EPR qui accumule encore de nouveaux retards. Mais la loi ne dit rien de tel. Elle ne fait que prévoir un plafonnement. Or qui dit plafonnement dit maximum possible et non maximum obligatoire.

La Ministre renvoie donc l’éventuelle fermeture après les élections de 2017. Une façon d’assumer que la promesse ne sera pas tenue.

Rien ne s’oppose donc à la fermeture immédiate de Fessenheim. Sauf le peu de courage de ce gouvernement et sa volonté de poursuivre l’aventure du nucléaire envers et contre tous les dangers.

L’annonce du report n’est donc pas une surprise. C’est le maintien de la fermeture avant 2017 qui l’aurait été.

Le Parti de Gauche n’attend plus rien de ce gouvernement et surtout pas sur le sujet du nucléaire. Seule la mobilisation pourra faire renoncer EDF à poursuivre l’exploitation de centrales nucléaires qui sont des véritables bombes à retardement.

Martine Billard

Les peuples doivent prendre le pouvoir!

autocollant_si_le_climatVous avez dit COP21 ?

En décembre 2015 se tiendra, au Bourget, sous l’égide de l’ONU, la 21e conférence internationale sur le climat (COP21). L’enjeu est d’importance : contenir un dérèglement climatique qui menace les hommes, nos sociétés et nos conditions de vie sur terre. L’objectif est connu : il s’agit de limiter dans le temps nos émissions de GES (Gaz à effet de serre) afin d’empêcher une augmentation moyenne de la température de 2°C sur le globe.

Il faut d’abord noter la remise en cause au cours du temps de l’objectif de 1,5°C, jugé inatteignable, pour le fixer à 2°C. Adopté par tout le monde, ce demi-degré Celsius signifie la disparition de larges morceaux du globe sous l’eau à commencer par les États insulaires. Et pourtant, même cet objectif des 2°C va, comme nous le montrons plu loin, être petit à petit remis en cause, avec la COP21 participant vraisemblablement de cette régression. Enfin, contre les puissants qui veulent transférer leur responsabilité sur les pays pauvres et les peuples, rappelons que 60% des émissions de GES émises depuis la révolution industrielle sont du fait direct de 90 multinationales (Chevron, Exxon, BP, Shell etc.).

En tant que pays hôte, la France pilote les négociations diplomatiques. Les critiques portées contre le gouvernement ne sont donc pas des effets de manches mais une analyse directe de son comportement au regard des enjeux.

Lire la suite